1. Accueil
  2. Dossiers thématiques
  3. VMC double flux ou simple flux hygroréglable ?

La réponse à cette question n’est pas immédiate, puisqu’elle dépend de nombreux critères de choix.

Aspect énergétique : la performance de la VMC double flux fortement dépendante du climat

 

Sur l’aspect strictement énergétique, le choix entre une VMC simple flux hygroréglable et une VMC double flux dépend essentiellement de la zone climatique dans laquelle se trouvera l’installation et du taux d’occupation du logement. Les deux systèmes se basent en effet sur deux approches différentes pour optimiser, chacun à leur façon, la performance énergétique.
La VMC double-flux permet de récupérer une part substantielle du chauffage induit ; par la ventilation via un échangeur de chaleur, tandis que la VMC simple flux hygroréglable (ou, d’une façon plus générale, modulée) joue sur la réduction automatique du renouvellement d’air neuf pour limiter les pertes de chaleur dès que le logement est moins occupé (ce qui représente en général une bonne partie du temps). Dès que le climat est tempéré, la VMC double flux et la VMC simple flux hygroréglable font quasiment jeu égal sur ce plan. La VMC double flux devient vraiment intéressante sur le plan énergétique dès lors que l’air extérieur est très froid, comme c’est le cas dans les pays nordiques, notamment.
Côté consommation électrique, la VMC simple flux hygroréglable est nettement plus performante que la VMC double flux, cette dernière étant pénalisée par l’emploi de deux ventilateurs au lieu d’un en VMC simple flux, et surtout par les pertes de charge générées par l’échangeur thermique ainsi que par les filtres.

 

Qualité d’air intérieur : des résultats variables selon la situation et l’occupation, un besoin de maintenance accru pour la VMC double flux

Côté qualité d’air intérieur, les deux systèmes sont comparables sur l’évacuation des polluants intérieurs puisque la VMC double flux comme la VMC simple flux hygroréglable base sa performance sur une modulation des débits en fonction des besoins des pièces, avec des débits en moyenne plus faible mais plus adaptés aux besoins.
La VMC double flux propose toutefois une meilleure capacité à protéger le logement des particules extérieures (PM2,5, PM10, etc.) grâce à une filtration de l’air extérieur que ne permet pas, en général, la VMC simple flux hygroréglable. Cependant, cette limite de la VMC simple flux hygroréglable pour la filtration est également un avantage au regard de la VMC double flux, puisqu’elle ne nécessite pas d’entretien de filtre. Si ce dernier n’est pas nettoyé ou remplacé régulièrement (en général tous les 6 mois), son encrassement provoque l’augmentation des pertes de charge, générant surconsommation électrique et nuisances sonores.
La VMC simple flux hygroréglable offre également l’avantage d’admettre directement l’air extérieur à travers les entrées d’air et non par l’intermédiaire de conduits comme c’est le cas pour la VMC double flux, conduits dont la propreté et l’étanchéité doivent être parfaitement assurées.

 

 

La VMC double flux idéale pour isoler des bruits extérieurs ; la VMC simple flux hygroréglable plus facile à optimiser pour un fonctionnement silencieux

Côté acoustique, si la VMC double flux permet d’assurer une forte protection vis-à-vis des bruits extérieurs, la VMC simple flux hygroréglable propose quant à elle un fonctionnement très silencieux dans les chambres notamment, avec une amenée d’air neuf fonctionnant à très basse pression, nettement réduite par rapport à la ventilation double flux dont l’installation des bouches de soufflages nécessite d’être particulièrement soignée et bien conçue pour éviter tout problème de bruit.
S’agissant de l’installation, la VMC simple flux nécessite nettement moins de travaux que la VMC double flux avec son réseau double de conduits. Le coût d’achat de la VMC simple flux hygroréglable est également nettement moins élevé que celui de la VMC double flux, de 3 à 6 fois moins cher.

 

VMC double flux ou VMC simple flux hygroréglable : tout dépend des priorités !

En résumé, le choix entre la VMC double flux ou la VMC simple flux hygroréglable n’est pas automatique ; des éléments tels que le budget alloué au projet, la nécessité de filtrer ou non l’air extérieur ou bien de diminuer sa consommation électrique, notamment, pourront guider le concepteur vers l’une ou l’autre des deux techniques, chacune disposant d’avantages et de qualités bien spécifiques.

Produits associés